Une IA bat une table de professionnels au Texas hold’em

By Antoine

Deux IA distinctes avaient déjà réussi à battre des professionnels dans une variante à deux joueurs il y a plus de deux ans de cela, mais c’est la toute première fois qu’une intelligence artificielle remporte une partie avec plus de deux joueurs d’élite. Le fait de passer directement à six joueurs représente un formidable bond en avant. En plus d’ajouter en complexité brute à cause de la multiplication des possibilités, cela introduit toute une dimension supplémentaire, liée à toutes les problématiques intangibles qui résultent des interactions entre joueurs.

Ces tests se sont déroulés sur une période de 12 jours contre douze professionnels faisant partie de l’élite mondiale, durant laquelle plus de 10.000 mains ont été jouées selon deux configurations différentes. Dans la première, Pluribus affrontait cinq joueurs humains, tandis que dans le seconde, cinq versions du bot (qui ne pouvaient cependant pas collaborer) jouaient avec un humain.
Dans les deux cas, le verdict est sans appel : d’après un des pères du projet interviewé par The Verge, Pluribus a gagné une moyenne de 5$ par main et environ 1000$ de gains à l’heure, soit une “marge décisive décisive de victoire” témoin d’un niveau “surhumain”. Un avis partagé par Chris Ferguson, champion aux World Series of Poker et membre du groupe de 12 joueurs battus par l’IA.

Pluribus est un adversaire très difficile à affronter. C’est très difficile de le coincer, peu importe sa main.

Le Texas Hold’em, un Mont Everest de l’IA

Ce n’est pas la première fois qu’une IA bat un professionnel à son propre jeu, loin s’en faut. Depuis la défaite de de Garry Kasparov contre Deep Blue, le 10 février 1996, les machines ont commencé à collectionner les victoires d’envergure. Depuis cette date historique, les ordinateurs ont évolué au point de constitue une catégorie à part, très largement inabordable même pour les grand maîtres les plus doués. A tel point qu’ils ont même leur propre compétition, sobrement baptisée Computer Chess Championship.

Deep Blue – © IBM

En 2018, c’est un autre pallier qui a été atteint : Lee Sedol, véritable dieu sud-coréen du jeu de Go qui survole pourtant la compétition depuis près de dix ans, est battu par AlphaGo. Cette IA conçue par l’entreprise DeepMind de Google a réalisé un véritable exploit. Jusque là, on pensait le jeu de go hors de portée des intelligences artificielles, la faute à un nombre de combinaisons hallucinant, encore bien plus élevé qu’aux échecs. On estime ainsi qu’il existe plus de possibilités au jeu de go qu’il n’y a d’atomes dans l’univers… Ce qui n’a pourtant pas empêché la défaite de Lee Sedol.

Plus récemment, on a même vu les IA de DeepMind ridiculiser les joueurs de Dota et Starcraft II. Récemment, on a même appris que cette même IA comptait s’attaquer au ladder 1V1 européen. Ces victoires ont participé à confirmer une impression qui existait depuis un certain temps déjà : aujourd’hui, les bots de DeepMind sont plus ou moins invincibles lorsqu’ils affrontent un humain dans un matchs … Plus d’infos

Read more here:: Une IA bat une table de professionnels au Texas hold’em