La nouvelle Chevrolet C8 face à sa devancière

Si vous êtes en froid avec votre banquier, n'essayez jamais cette Corvette C7, même pas un instant. Au retour, vous serez ficelé, terrassé!

Si vous êtes en froid avec votre banquier, n’essayez jamais cette Corvette C7, même pas un instant. Au retour, vous serez ficelé, terrassé!© Alex Krassovsky

Imaginez une Porsche 911 qui verrait son flat-six migrer à l’avant. Inconcevable ? C’est pourtant ce qui est en train de se produire outre-Atlantique… mais dans le sens inverse. Habituée aux longs capots, la Chevrolet Corvette a en effet décidé, pour sa huitième génération, de passer au moteur central arrière ! De profil, cette nouvelle venue évoque donc davantage une Ferrari F8 Tributo ou une Honda NSX que sa devancière. Pour garder un air de famille malgré tout, elle compte ainsi surtout sur ses phares toujours acérés ou ses feux arrière… même si le résultat ne fait pas l’unanimité.

Voir aussi : La Chevrolet Corvette C8 en détails

Changement radical à bord

Dans l’habitacle, qui reste évidemment biplace, le changement n’est pas moins radical. Instrumentation numérique, grand écran tactile, volant au dessin très “carré”… la Corvette C8 ne regarde clairement pas en arrière. D’ailleurs, ne cherchez pas le moindre levier de vitesse : contrairement à sa devancière, cette américaine ne compte proposer aucune boîte manuelle, et la nouvelle transmission à double embrayage huit rapports, qui remplace l’ancienne à convertisseur, se commande via des palettes ou au moyen des boutons de la console centrale. Sachant que cette dernière surprend aussi par sa rangée de commandes alignées à la verticale, loin du conducteur.

Comme l’extérieur, l’habitacle de cette C8 ne regarde pas en arrière.© ChevroletLa finition de la C7 était en net progrès et les commandes plutôt intuitives, en dépit de quelques détails comme le GPS peu évident à programmer.© Alex Krassovsky

Hormis quelques petits traits de style et un toit Targa amovible manuellement, on pourrait donc penser que cette Corvette C8 n’a rien gardé de son aînée. D’autant que les traditionnels ressorts à lames arrière cèdent aussi la place à une double triangulation plus sophistiquée. C’est sans compter sur l’unique moteur proposé au lancement : un V8 6.2 atmosphérique à injection directe déjà connu de la précédente génération. Retravaillé, il développe désormais 495 ch au lieu de 460, tandis que la motricité en net progrès et la nouvelle boîte permettent d’annoncer des accélérations bien meilleures qu’auparavant, malgré un poids en légère hausse.

Voir aussi : Notre essai de la Chevrolet Corvette C7

Un prix toujours serré aux Etats-Unis

Mais ce huit-cylindres presque familier, toujours doté de deux soupapes par cylindres, permet tout de même à la sportive américaine de garder un lien avec sa longue lignée. D’autant qu’il s’accompagne, aux Etats-Unis, d’un tarif toujours particulièrement serré : le prix de base, tout juste communiqué, démarre à 59 995 €, avec un équipement loin d’être indigent, soit environ 4 000 dollars de plus qu’auparavant. Reste à espérer que General Motors conserve une autre tradition : celle de proposer officiellement cette recette en France, à un prix certes bien moins … Plus d’infos

Read more here:: La nouvelle Chevrolet C8 face à sa devancière